10.04.2009 18:39:11

Ould Elmounir sur France 24: le Général Aziz ne peut pas invoquer une constitution qu'il avait piétinée

Abdoullah Ould Elmounir, porte parole de For-Mauritania et Coordinateur de la CRM

Abdoullah Ould Elmounir, porte parole de For-Mauritania et Coordinateur de la CRM

A la suite des entretiens que France 24 a réalisés en Mauritanie avec d'un côté le Président de la République, Monsieur Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi, et de l'autre le Général limogé, Mohamed Ould Abdel Aziz, la chaîne de télévision française a invité, hier, le porte parole de For-Mauritania et Coordinateur de la CRM, Monsieur Abdoullah Ould El Mounir, pour débattre avec le Directeur de Cabinet du Sénateur Mohcen Ould Elhaj, Monsieur Abdellahi Ould Hormetalla.

Le thème de l'émission était "Mauritanie: changement superficiel ou rupture effective?". Invité à réagir sur les déclarations du Général limogé, le porte parole de For-Mauritania commence par rappeler que la déclaration de candidature de Ould Abdel Aziz ne surprenait personne. Ce qui étonne le plus c'est la contradiction dans laquelle s'est installé Ould Abdel Aziz: d'un côté il invoque la Constitution pour démissionner, nommer le Président du Sénat à l'intérim... et de l'autre il procède à un coup d'Etat et renverse le garant de cette même constitution, président élu par les Mauritaniens!

« Nous n'avons pas confiance en la parole de Ould Abdel Aziz », martèle Ould Elmounir. « Il a renié tous les engagements qu'il a pris jusqu’à présent. Il n'a aucune légitimité à organiser des élections ou à parler au nom des Mauritaniens », conclut-il.

Quant à Ould Hormetalla, il a joué à son propre rôle. Fébrile, désordonné et comptant sur la hauteur du timbre de sa voix comme principal argument politique.  Prétendant, en offense à la vérité, qu'il fut le « major de sa promotion à l'Université de Nouakchott » et que les "gens" de Ould Taya l'avaient privé de son droit à une bourse d'étude, il lance quelques invectives en s'arqueboutant sur les "conclusions des journées de concertation". Ce serait là, prétend-il, le choix du peuple. Ce serait là, la source d'inspiration du Général Aziz. Il oublie juste une chose: la dernière fois que le peuple a été consulté, ce fut en 2007, lors de l'élection présidentielle. 47 % des Mauritaniens avaient voté pour Monsieur Ahmed Ould Daddah et 53 % pour Monsieur Sidi Ould Cheikh Abdallahi; ces deux personnalités, dépositaires des voix des Mauritaniens, sont aujourd'hui décidées à faire échouer le coup d'Etat du mentor de Ould Hormetalla. 

Pour visionner la vidéo, suivre ce lien.