Le putsch de Aziz: le maillon faible des nouvelles dictatures africaines, brisons-le.(+images+vidéo)

Pendant que les négociateurs de Dakar affinaient l'accord Pendant que les négociateurs de Dakar affinaient l'accord tripartite annulant l'agenda unilatéral du Général limogé et instaurant une transition négociée, les organisations mauritaniennes antiputschistes de France (For-Mauritania, ACE, CRM et FNDD-France) débattaient des meilleurs moyens de mettre en échec, de façon définitive, le Coup d'Etat. Le débat a été lancé par une communication audiovisuelle du Président de la République adressée depuis Lemden au participant du débat. De nombreux conférenciers de renom ont pris la parole. De nombreux partis politiques et organisations y ont envoyé des représentants.

La presse féminine française s'empare de la question de la violence faites aux femmes par la Junte.

La cause des Démocrates mauritaniens, en prise avec un général putschiste qui veut leur imposer sa volonté et celle de sa junte, commence à percer dans l'opinion internationale et notamment dans l'opinion française. Après la série d'articles parus dans le quotidien Libération, voici que les grands magazines, comme "ELLE" qui tire à plus d'un million d'exemplaires hebdomadaires, commencent à s'y intéresser. Ces Femmes Courage qui affrontent les hordes de policiers, qui organisent sit in sur manifestations, qui se lancent dans des Marches Blanches, animent des Nuits Blanches de la Démocratie et tiennent la Junte en halène, ne peuvent laisser ces opinions publiques indifférentes.

Les Mauritaniens à Paris occupent l'Ambassade et y rétablissent l'ordre constitutionnel pendant quelques heures

Un groupe de militants antiputschistes a pris le contrôle, aujourd'hui, de l'Ambassade de Mauritanie à Paris. La grande salle, les bureaux e le standard on été investis par les opposants au coup d'Etat du Général Aziz. Le portrait de ce dernier a été décroché, lacéré et retourné et surmonté de celui du Président démocratiquement élu. Par cette action spectaculaire, pacifique et minutieusement organisée, les militants démocrates ont voulu rétalir, symboliquement, l'ordre constitutionnel sur ce petit bout de la Mauritanie que constitue son ambassade à Paris. Récit.

Débat à l'Assemblée Nationale française organisée par les organisations anti-putsch.

Après la soirée-débat du 18 novembre, parrainée par le Député communiste, Maxime Gremetz (La Somme), celle du 4 mars sous le patronage du Député UMP François Grosdidier (La Moselle), For-mauritania, la CRM et le FNDD-France ont organisé aujourd'hui, mardi 5 mai, un débat à l'Assemblée Nationale française avec le soutien et sous la présidence du Député socialiste, François Loncle (L'Eure). Le thème- Instabilité au sommet de l'Etat en Afrique: l'UA à l'épreuve- fut illustré par quatre interventions de haute facture suivies d'un débat animé et de grande qualité. La salle de l’Assemblée Nationale a été mise à la disposition des organisateurs par la Députée socialiste Elisabeth Guigou ( la Seine-Saint-Denis).

1 er mai à Paris: "Sidi au pouvoir, Militaires aux casernes"

Il y a eu Nouakchott, avec ces interminables marches de travailleurs engagés, Zouérate, Nouadhibou avec leurs cortèges de manifestants réclamant explicitement le retour à l'ordre constitutionnel. Il y a eu aussi Paris. Au départ de la Place Denfert Rochereau, un pack de militants mauritaniens antiputschistes s'est formé derrière une large banderole qui n'a rien à envier aux étendards colorés des plus importantes Centrales syndicales françaises. "Sidi au pouvoir, les Militaires aux casernes". Rien de plus explicite comme revendication.

La diaspora mauritanienne en France: "aucune réconciliation durable ne peut se bâtir sans la justice et pas de justice sans légalité"

Les Mauritaniens de la Région parisienne et du reste de la France se sont donné rendez-vous aujourd'hui sur le Parvis des Droits de l'Homme. En ce 25 avril 2009, 20ème anniversaire du démarrage de l'opération "dénégrification" de la Mauritanie par le régime de Ould Taya, il y avait lieu de se souvenir. Il y avait lieu aussi d'éviter de tomber dans les pièges grossiers des règlements de cette question du passif humanitaire en catimini et à la va vite. Justice, légitimité, légalité et Etat de Droit sont indissociables. Depuis le 6 août 2009, il y a une éclipse de l'Etat de droit. Les Mauritaniens le savent, ceux de la diaspora mauritanienne en France les premiers.

APPEL A MANIFESTATION

En commémoration des tragiques événements des années 1989 à 1991 en Mauritanie, sous le régime brutal et despotique de Ould Taya et en solidarité avec les familles de victimes de déportation au Sénégal et au Mali, des disparus, des veuves et des ayant droits ; le FNDD et les FLAM lancent un appel à manifestation le 25 avril 2009, au Trocadéro à 14 heures.

Le Journal Libération: Le gros bobard diplomatique de Sarkozy

Dans sa livraison d'hier, samedi 11 avril (n° 8687), libération revient sur les déclarations malheureuses du président français lors de sa mini-tournée africaine. En effet, lors de la conférence de presse qu'il avait donnée à Niamey, le 27 mars dernier, Nicolas Sarkozy minimisait la résistance des Mauritaniens face au coup d'Etat du 6 août 2008. Cela avait fait l'objet d'un précédent article dans le même journal. Aujourd'hui, Libération dénonce ce qu'elle qualifie de "gros bobard diplomatique de Sarkozy" quand le président français prétendait avoir appelé le Président de la République alors qu'il n'en fut rien. Cédrice Mathiot pointe, encore une fois, le rôle calamiteux des réseaux de la Françafrique dans la conduite de la diplomatie française envers le continent africain.

Ould Elmounir sur France 24: le Général Aziz ne peut pas invoquer une constitution qu'il avait piétinée

A la suite des entretiens que France 24 a réalisés en Mauritanie avec d'un côté le Président de la République, Monsieur Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi, et de l'autre le Général limogé, Mohamed Ould Abdel Aziz, la chaîne de télévision française a invité, hier, le porte parole de For-Mauritania et Coordinateur de la CRM, Monsieur Abdoullah Ould El Mounir, pour débattre avec le Directeur de Cabinet du Sénateur Mohcen Ould Elhaj, Monsieur Abdellahi Ould Hormetalla.

Rama YADE, interpellée par un militant de l'UMP, relativise les propos de Nicolas Sarkozy

Un débat a été organisé par l'équipe "Grandes Ecoles" de l'Union pour un Mouvement Populaire (UMP), le soir du 31 mars au siège parisien du parti de Nicolas Sarkozy sous le thème : « Droits de l'Homme : l'impossible conciliation avec la réalité politique et économique? » Lors de ce débat, Madame Rama Yade, Secrétaire d'Etat Chargée des Affaires Etrangères et des Droits de l'Homme, a relativisé les propos tenus par le Président français à Niamey, le 27 mars dernier.