Sauver ce qui reste de la crédibilité des institutions

Le Conseil Constitutionnel a donc validé le scrutin du 18 juillet 2009 dont les résultats donnent vainqueur le candidat Mohamed Ould Abdel Aziz. L’opposition qui a manifesté depuis le 6 août pour défendre le respect de la Constitution n’a plus d’autre alternative que de sauver ce qui reste de crédible dans nos institutions malmenées par 11 mois de retournements spectaculaires. Pour les leaders de l’opposition, ce n’est pas perdre la face que de préserver ce qui est plus important que tout le reste. Cette reconnaissance ne fera que renforcer leur posture de rempart contre les dérives anticonstitutionnelles.

Troisième tour : le maître et l’esclave

L’incorrigible métropole coloniale s’en est félicitée. La Françafrique l’aura ostensiblement natté et anticipé. Ses tirailleurs sénégalais l’ont électoralement plébiscité. Son putschiste « roi des rois » s’est battu pour le faire accepter. Sur la foi de son Major rebelle et génocidaire, la francophonie l’a reconnu et accrédité. Pourtant ce second coup d’état électoral du général doit être massivement rejeté. N’en déplaise à ses commanditaires sans pitié, la Mauritanie est trop exsangue pour supporter l’élection malsaine de leur cheval de Troie patenté. Même déguisé en antéchrist de la pauvreté, tel calife serait fatal pour sa chétive souveraineté.

Main Basse sur un Pays: ‘C’est notre tour de manger’ Version Mauritanienne

Une journaliste Britannique, Michela Wrong, vient de publier un livre que tout Africain devrait se faire un devoir de lire. Il est intitulé “It is our time to eat” «à notre tour de manger » .

Que Soit Parachevé maintenant le « Coup d’État » Civil

Qu’il me soit permis tout d’abord de dire que je ne suis certainement pas un élément du « système Taya », n’en déplaise au Colonel Ely Ould Mohamed Vall. Eh oui, il y a en des millions comme moi.

Présidentielle : Un choix unique pour le pays

« Si ta richesse ne profite pas à l’intelligent /Alors que tu nantis le fou et l’inconséquent / Seigneur du ciel, il n’y a point de péché / Pour qui voit de toi ce qu’il lui déplait / Et décide d’apostasier ».

Quoi après les élections du 18 juillet: sortie de crise républicaine ou poursuite du Coup d’Etat ?

L a part la plus dure du règlement de notre invraisemblable crise politique a porté sur le sort du HCE, l’instance militaire qui s’était emparée de la souveraineté du peuple, sous la direction du Général Aziz le 6 Août 2008. En vérité, tout, depuis le début, c'est-à-dire la « fronde militaro-parlementaire», prenait appui sur cette question centrale du rôle à donner dans nos institutions démocratiques, à l’Armée, plus précisément à ses cadres les plus « politiques », les plus décidés à conserver un pouvoir conquis et exercé sans discontinuité depuis 1978.

Communiqué : Soutien à la Candidature de Monsieur Messaoud ould Boulkheir aux Elections présidentielles du 18 juillet 2009

Le CACRMSM appelle les rapatriés et tous les mauritaniens à soutenir la candidature de Monsieur Messaoud ould Boulkheir qui, par ailleurs, a reçu le soutien de notre ancien président Sidi Mohamed ould cheikh Abdallahi dont aucun mauritanien ne saurait douter de la sagesse et de la bonne foi.

Merci Monsieur le Président,

Il y a onze mois le désespoir s'installait, Monsieur le Président. Vous dans les cachots de la Junte, nous, les Mauritaniennes et Mauritaniens, en proie au doute et à l’amertume. La malédiction des coups d’Etat était de retour et la parenthèse démocratique allait se refermer.